Respect for your privacy is our priority

The cookie is a small information file stored in your browser each time you visit our web page.

Cookies are useful because they record the history of your activity on our web page. Thus, when you return to the page, it identifies you and configures its content based on your browsing habits, your identity and your preferences.

You may accept cookies or refuse, block or delete cookies, at your convenience. To do this, you can choose from one of the options available on this window or even and if necessary, by configuring your browser.

If you refuse cookies, we can not guarantee the proper functioning of the various features of our web page.

For more information, please read the COOKIES INFORMATION section on our web page.


News

Italie : incertitude à mi campagne

19/09/2019 - François-Xavier Branthôme - 2019 Season - Read in English
Italie Centre-Sud : la récolte se poursuivra jusqu'en octobre
Alors que la moitié de la récolte est déjà largement dépassée, l’incertitude pèse toujours sur la campagne 2019 de transformation de la tomate, qui a débuté avec dix jours de retard environ dans le sud en raison des conditions météorologiques et qui se poursuivra certainement plus longtemps que d'habitude, probablement jusqu'à fin septembre voire même jusqu’aux premiers jours d'octobre. Ce commentaire est celui de Maurizio Gardini, président de Conserve Italie, qui estimait courant août que les estimations de récolte ne pourraient être raisonnablement faites qu’ « au mois de septembre, un mois décisif pour la production et la qualité ». 
 
Conférence de presse à l'usine de Cirio à Mesagne (BR). Deuxième à gauche, Maurizio Gardini, président de Conserve Italia

« Avec un chiffre d'affaires qui dépasse 3 milliards d'euros, la filière italienne de la tomate d’industrie est l'une des plus importantes pour le secteur agroalimentaire », a poursuivi le président du consortium bolognais, l'un des premiers acteurs italiens et mondiaux de la tomate avec une moyenne annuelle de 400 000 tonnes transformées. 
« Notre pays est un leader du marché mondial et la filière italienne […] peut encore gagner en valeur et en prestige, en mettant l’accent sur l’innovation et en accordant une attention croissante à l’environnement, ainsi que sur des aspects stratégiques que constituent, en particulier dans régions du Sud, la transparence et le respect de la législation ». 
A ce sujet, Maurizio Gardini précise : « Alors que le ramassage des tomates est entièrement mécanisé sur l’ensemble du bassin du nord de l'Italie, la récolte manuelle est toujours répandue dans le sud, même si les entreprises sont de plus en plus engagées dans une réduction de cette méthode de récolte. Conserve Italia, pour sa part, ne reçoit plus qu’environ 2% de ses tonnages récoltés manuellement, qui proviennent de parcelles caillouteuses où il est impossible de faire fonctionner les récolteuses mécaniques ou dans des exploitations qui ont besoin d’un nombre important d’ouvriers pour la récolte d’autres cultures ».
Le président Gardini a également insisté sur le fait que Conserve Italia exige de ses membres et des producteurs engagés auprès d’elle « le respect strict de certains engagements concernant notamment l’adoption des meilleures pratiques en matière de sécurité, de santé et de bien-être, ainsi que le respect des contrats et des salaires, afin d’empêcher les cas d’exploitation [illégale] des ouvriers au sein de la filière de transformation de la tomate ».

Italie Nord : le mauvais temps du printemps impacte la production
Dans les régions du nord, la situation est préoccupante : la presse italienne s’est faite l’écho de réductions potentiellement importantes de la production en Emilie-Romagne et dans le Piémont, qui trouvent leur origine principalement dans les mauvaises conditions météorologiques du printemps : « La campagne est en retard d’une semaine environ par rapport à une année normale », explique un technicien d’une entreprise de transformation d’Emilie-Romagne, « nous finirons probablement la récolte le 30 septembre. Mais le plus inquiétant est la baisse des rendements, avec un défaut de production qui pourrait atteindre [localement] 17 à 20% ».
 
Au 10 septembre, 70% des surfaces avaient été récoltées, et les opérateurs faisaient état d’une bonne qualité (environ 4,5% de réfaction), d’une couleur excellente et d’un Brix élevé (supérieur à 4,8 selon les sources professionnelles). « Les problèmes concernent essentiellement les zones touchées par la grêle, où le produit n’a souvent pas été récolté, ce qui explique également la nette diminution des rendements totaux ». 

Des « arrêts-reprises » qui coûtent cher
Ce constat d’un contexte potentiellement pénalisant pour le résultat des entreprises est également celui de l’ANICAV, qui met l’accent sur l’effet très négatif des « arrêts-reprises » à répétition sur les coûts énergétiques d’exploitation et sur les rendements de transformation.
Dans un communiqué du 9 septembre, l’ANICAV évoque « une année difficile pour les industries italiennes de transformation de la tomate : les mauvaises conditions météorologiques de mai et juillet ont retardé de plus d'une semaine le début de la campagne, ce qui a eu un effet considérable sur les rendements agricoles et industriels, en ralentissant le rythme des livraisons et, par conséquent, l'activité de transformation ; cette situation devrait entraîner une augmentation sensible des coûts de l'entreprise ».
L’association italienne insiste en particulier sur les conséquences économiques des « arrêts-reprises » répétés des installations et sur l’impact de l'allongement de la campagne, qui entraînent une augmentation des coûts énergétiques et une altération des rendements industriels justifiée par l’utilisation de quantités plus importantes de matière première afin de maintenir la qualité des produits au niveau garanti par les normes en vigueur.
 
Pour Antonio Ferraioli, le président de l’ANICAV, « il est hasardeux pour l’instant de faire des prévisions ; pourtant, compte tenu de l'augmentation, même minime, du nombre d’hectares mis en culture, et sur la base des superficies restant à récolter et des rendements agricoles de la période, il est raisonnable de miser sur une production finale nationale non inférieure à celle l’année dernière, malgré les incertitudes climatiques liées au mois de septembre ».

Source : freshplaza.it, anicav.it
 
 
 
Sociétés liées

ANICAV

Professional or non-profit organisation See details

CONSERVE ITALIA Soc. Coop. Agr.

Tomato processor See details
Actualités liées

WPTC Crop update as of 13 September 2019

See details

WPTC Crop update as of 30 August 2019

See details
Back

________________________________________

Editor : TOMATO NEWS SAS -  MAISON DE L'AGRICULTURE - TSA 48449 - 84912 AVIGNON Cedex 9 - FRANCE
contact@tomatonews.com
www.tomatonews.com

 

 

Supporting partners
Featured company
HEINZSEED
Most popular news
Featured event
14th World Processing Tomato Congress & 16th ISHS Symposium on the Processing Tomato
Our supporting partners