Respect for your privacy is our priority

The cookie is a small information file stored in your browser each time you visit our web page.

Cookies are useful because they record the history of your activity on our web page. Thus, when you return to the page, it identifies you and configures its content based on your browsing habits, your identity and your preferences.

You may accept cookies or refuse, block or delete cookies, at your convenience. To do this, you can choose from one of the options available on this window or even and if necessary, by configuring your browser.

If you refuse cookies, we can not guarantee the proper functioning of the various features of our web page.

For more information, please read the COOKIES INFORMATION section on our web page.


News

Chili : les échanges ont bondi de plus de 50% en 2019

12/02/2020 - François-Xavier Branthôme - Read in English
La sphère commerciale proche explose

Le résultat des exportations chiliennes de concentrés de l’année calendaire 2019 rompt de façon spectaculaire avec les variations habituelles et avec le rythme de croissance, pourtant impressionnant, auquel nous avait habitués la filière chilienne ces dernières années.
L’année dernière, plus de 180 000 tonnes métriques de produits finis, équivalents selon nos estimations à un peu plus d’un million de tonnes de tomate fraîche, ont été exportées par les acteurs de la filière chilienne ; les performances des trois années précédentes (2016, 2017 et 2018) s’étant situées à proximité d’une moyenne de l’ordre de 118 000 mT, la progression enregistrée l’an dernier représente un bond de 53% de l’activité extérieure chilienne ! Ce développement inattendu porte le rythme de croissance annuel moyen sur les onze années de la période 2008-2019 à plus de 10%, alors qu’il approchait déjà de 6% sur la période 2008/2018. 

Dans plusieurs régions (Amérique Centrale, UE Occidentale, Eurasie et Extrême-Orient) de nombreux pays ont sensiblement accru les volumes de leurs importations de concentrés chiliens l’an dernier par rapport aux niveaux moyens enregistrés sur les trois années précédentes : les progressions les plus remarquables sont à porter au crédit du Mexique (+ 13 900 mT), de l’Italie (+13 700 mT), de la Turquie (+10 300 mT), de la Thaïlande, mais aussi de Cuba, de la Colombie, du Japon, du Costa Rica, etc. Deux pays seulement ont réduit de manière nette leurs achats de concentrés chiliens l’an dernier : le Venezuela (- 4 600 mT), dont les importations décroissent régulièrement depuis les sommets atteints (20 000 à 24 000 mT par an) entre 2009 et 2012 et, plus brutalement, l’Arabie Saoudite (- 4 700 mT) dont les achats s’élevaient à plus de 10 200 mT en moyenne sur la période 2015-2017. Moins stratégique pour l’activité chilienne, une baisse est également intervenue dans les importations allemandes, qui ont reculé en 2019 de 1 500 mT environ.

L’évolution du taux de change entre le Peso chilien et le Dollar US au cours des deux dernières années a été favorable aux produits chiliens : entre le début de l’année 2018 et le début de l’année 2019, la monnaie chilienne s’est dépréciée de 10% environ face au dollar, et la tendance s’est alourdie en 2019 avec une nouvelle chute de plus de 16% face à la monnaie américaine. La compétitivité des produits chiliens a ainsi fortement progressé, non seulement sur les marchés proches et réguliers (Mexique, Cuba, Colombie, Costa Rica, etc.), mais aussi sur des destinations plus disputées et moins usuelles pour les acteurs chiliens (Extrême-Orient, Europe, Eurasie, etc.). Cette situation explique au moins en partie l’évolution des prix des concentrés chiliens sur les dernières années et le développement des exportations chiliennes.
L’année dernière, les revenus issus des exportations chiliennes de concentrés se sont élevés à plus de 147 millions USD, en hausse de 39% par rapport à la moyenne des trois années précédentes (environ 106 millions USD).
 

En 2019, les quantités (équivalents tomate fraîche) mobilisées par les exportations ont représenté environ 95% des tonnages transformées sur cette même année ; ce ratio avait diminué de façon notable au cours des trois années précédentes, et il n’est pas interdit de penser que cet indicateur, comme l’évolution de la valeur des marchandises exportées, renseignent sur une démarche des industriels chiliens confrontés ces dernières années, à l’image de leurs homologues nord-américains ou européens, à des reports de stocks préjudiciables à l’équilibre de leur filière.
 

En tout état de cause, le bond enregistré en 2019 sur le secteur des concentrés s’inscrit dans une dynamique déjà ancienne d’ouverture des exportations chiliennes sur des marchés extérieurs à la sphère commerciale proche ; en quinze ans, les exportations « hors Amériques » sont passées de 20% à 38% de l’activité totale. De fait, le Chili n’entretient que des flux relativement discrets avec les deux grands pays voisins transformateurs. L’essentiel des flux concerne les concentrés de tomate, les quantités mobilisées dans ces échanges sur les autres secteurs restant relativement modestes : depuis de nombreuses années, l’Argentine figure aux tous premiers rangs, voire à la toute première place des pays clients de la filière chilienne tandis que les importations de concentrés placent régulièrement le Brésil dans le Top5 de la clientèle du Chili. Les flux sur les autres secteurs (conserves et sauces) sont pratiquement inexistants, de même que les échanges (tous secteurs confondus) entre l’Argentine et le Brésil. 
 

Pour la saison 2020, la filière chilienne de la tomate d’industrie prévoit une forte réduction de la surface plantée, aux environs de 9 500 hectares, en raison de la grave sécheresse qui frappe le pays et devrait affecter les rendements agricoles moyens, aux alentours de 90 mT/ha au lieu des 97 mT/ ha enregistrées en 2019. Selon les prévisions communiquées au WPTC, la production pourrait ne pas dépasser 855 000 mT cette année, ce qui devrait faire baisser les quantités disponibles pour les exportations, et ralentir le rythme de leur développement pour l’exercice correspondant.
 

Quelques données complémentaires
Evolution du taux de change Peso chilien/Dollar US sur les trois dernières années.
 

Source: Trade Data Monitor LLC
 
Actualités liées

Chile: 2018 saw a slowdown in exports...

See details
Back

________________________________________

Editor : TOMATO NEWS SAS -  MAISON DE L'AGRICULTURE - TSA 48449 - 84912 AVIGNON Cedex 9 - FRANCE
contact@tomatonews.com
www.tomatonews.com

 

 

Supporting partners
Featured company
FBR-ELPO S.p.A
Most popular news
Featured event
14th World Processing Tomato Congress & 16th ISHS Symposium on the Processing Tomato
Our supporting partners