Respect for your privacy is our priority

The cookie is a small information file stored in your browser each time you visit our web page.

Cookies are useful because they record the history of your activity on our web page. Thus, when you return to the page, it identifies you and configures its content based on your browsing habits, your identity and your preferences.

You may accept cookies or refuse, block or delete cookies, at your convenience. To do this, you can choose from one of the options available on this window or even and if necessary, by configuring your browser.

If you refuse cookies, we can not guarantee the proper functioning of the various features of our web page.

For more information, please read the COOKIES INFORMATION section on our web page.


News

Campagne 2019 : intentions de transformation

18/02/2019 - Sophie Colvine , François-Xavier Branthôme - 2019 Season - Read in English
Vers une hausse enfin raisonnée ?

À peu de jours d’intervalle, la Commission européenne a publié son Rapport sur les perspectives agricoles 2018-2030 de l’UE, et le Conseil mondial de la tomate d’industrie (WPTC) a communiqué ses premières indications officielles de transformation pour la campagne 2019. Les données collectées convergent et confirment, pour l’ensemble des pays de l’UE, une hausse des intentions de transformation à l’horizon 2020 et, plus encore, d’ici à 2025 et 2030 (voir les informations complémentaires en fin d’article).
Concernant un avenir plus proche, les perspectives globales de transformation réunies début février par le WPTC complètent celles fournies courant janvier par l’AMITOM et y apportent quelques modifications notables : les intentions de transformation iraniennes, qui restaient à confirmer, s’élèvent désormais à 1,5 million de tonnes métriques (mT), portant ainsi les perspectives d’activité de l’AMITOM à 16,45 millions de tonnes. 
Les prévisions et indications pour les autres pays sont présentées ci-après.

WPTC : actualité de la récolte au 30 janvier et au 12 février 2019
Hémisphère nord

En Chine, il est encore trop tôt pour disposer des informations concernant la surface plantée en 2019, mais en fonction de la situation actuelle, il est estimé que près de 4,5 millions de tonnes seront transformées en 2019.

En Iran, les dernières estimations pour la saison 2018 sont de 750 000 tonnes transformées. Étant donné les préparatifs agricoles qui ont été observés, il est estimé que 1,5 million de tonnes de tomates seront transformés en 2019.

En Turquie, les prévisions sont encore floues, car les négociations sont toujours en cours. Les meilleures prévisions annoncent toujours 1,9 million de tonnes.

Hémisphère sud
En Argentine, une surface totale de 5 541 hectares a été plantée et les estimations les plus récentes, temporairement réduites à 400 000 tonnes, ont finalement été revues à environ 430 000 tonnes. Quelques pluies sont tombées dans la région de San Juan, mais les rendements sont satisfaisants, avec près de 100 à 120 mT/ha en moyenne.
La récolte a commencé dans la région du Mendoza à la fin de janvier. Dans le Nord-est de cette région, près de 400 hectares ont été affectés par la grêle, provoquant des dégâts variables selon les champs de culture. La situation est satisfaisante dans les régions du Rio Negro et de La Rioja. Les températures sont actuellement élevées, avec de forts taux d'humidité.

Au Chili, un transformateur a commencé à récolter dans les derniers jours de janvier, dans des champs transplantés de manière particulièrement précoce. Les autres transformateurs devaient lancer les opérations pendant la première semaine de février. Les températures élevées et les faibles précipitations sont idéales pour la culture des tomates, et les opérateurs s'attendent à des fruits de bonne couleur. Les prévisions restent inchangées à 1,143 million de tonnes.

Au Pérou, les conditions climatiques sont satisfaisantes et les prévisions de production restent inchangées à 100 000 tonnes.
 

Aux termes de cette première évaluation de l’année, le niveau global d’activité devrait se situer aux environs de 37,32 millions de tonnes en 2019, en hausse d’un peu plus de 7% par rapport au résultat final de la campagne précédente (34,830 millions mT). Ce bilan définitif de l’année 2018 prend en compte une révision ultime de la performance iranienne, à 750 000 mT (au lieu de 300 000 mT), et quelques ajustements des résultats obtenus au Canada (450 000 mT), dans les états US du Midwest (410 000 mT) et en Californie 11,137 millions mT) (voir la ventilation des résultats définitifs de 2018 dans les annexes en fin d’article).

Les intentions de transformation annoncées pour 2019 sont supérieures de 2,49 millions de tonnes aux quantités transformées l’an dernier. La hausse témoigne d’un certain degré de confiance retrouvée de la part des industries concernées et procède essentiellement d’une élévation des objectifs chinois (+700 000 mT à 4,5 millions mT), de la volonté des filières iraniennes et turques de revenir aux niveaux qui étaient les leurs avant les campagnes très médiocres de 2017 et 2018, et d’une augmentation relativement modérée des intentions de transformation de plusieurs autres pays du bassin méditerranéen (+300 000 mT en Italie, +142 000 mT en Tunisie, +115 000 mT en Ukraine, etc.). En définitive, les volumes projetés sur l’ensemble des pays de l’AMTOM devraient être supérieurs de 15% (2,1 millions mT) aux résultats de 2018.

Cette élévation des perspectives d’activité autour de la Méditerranée et jusqu’en Asie-Pacifique offre un contraste net avec les réductions projetées sur les continents américains, nord et sud. Parallèlement à l’ajustement à la baisse – modeste – de l’activité canadienne, il importe de souligner le choix opéré par les industriels californiens de réduire – ou plutôt d’aménager un très léger repli – de l’activité cette année. Dans un contexte commercial domestique « mou », les intentions californiennes semblent tenir compte des performances assez moyennes enregistrées à l’export sur les dix premiers mois de l’année 2018, qui ne font que confirmer le tassement observé cet été à la clôture du dernier exercice commercial. Avec un objectif de 12,1 millions de tonnes courtes (10,977 millions mT), l’industrie californienne devrait traiter en 2019 160 000 mT (-1,4%) de moins que l’an dernier.
En Amérique du Sud, ce sont les prévisions chiliennes et brésiliennes qui marquent le pas. Les premières devraient être inférieures de 5 à 6% (-68 000 mT) au résultat de la saison 2018, les secondes enregistrent un recul sensible de 200 000 mT, soit environ 14% par rapport à la performance de l’année dernière.

Plus proche des préoccupations stratégiques de la filière mondiale, le tonnage total que les pays leaders (le « TOP10 ») des approvisionnements mondiaux prévoient d’engager en 2019 s’élève à un peu moins de 30,7 millions mT. Ce groupe, constitué de la Chine, de l’Italie, de l’Espagne, des Etats-Unis, du Portugal, de la Turquie, de l’Iran, du Chili, de l’Ukraine et de la Grèce, a transformé l’an dernier 28,3 millions mT. Autrement dit, cet ensemble qui a représenté 81% de l’activité mondiale en 2018 (et probablement 82% cette année) s’apprête à insuffler environ 2,4 millions de tonnes de tomate fraîche supplémentaires dans l’industrie globale de transformation, c’est-à-dire à lancer sur le marché planétaire un tonnage additionnel équivalent à 400 000 mT environ de concentré 28/30. Moins de la moitié de cet apport proviendrait des pays ayant une vocation exportatrice réellement globale. Schématiquement, le TOP5 devrait disposer d’un « volant » supplémentaire équivalent à un peu moins de 160 000 mT de concentré. De leur côté, les cinq pays dont la vocation commerciale s’adresse à une sphère géographique plus restreinte devraient gérer un afflux plus important, de l’ordre de 240 000 mT de produit supplémentaire. La question est désormais de savoir si la demande mondiale, estimée pour l’exercice 2016/2017 à un peu moins de 37,5 millions mT, a suffisamment progressé pour absorber le produit de la prochaine campagne.

En tout état de cause, il est de plus en plus évident que la campagne 2019 constituera, sauf inattendu, la première phase d’un nouveau cycle de croissance de l’activité mondiale de transformation. Ces cycles récurrents, dont la succession a fait progresser les quantités transformées de 22 millions de tonnes en 1989 à près de 35 millions de tonnes en 2018, débutent classiquement par une campagne « enthousiaste » dont 2019, après plusieurs saisons consacrées à la correction des excès de 2015, possède tous les traits. Ce « signal » doit être dès aujourd’hui pour la filière mondiale une invitation à s’interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour gérer efficacement la campagne de récolte 2019 mais aussi et surtout celles qui la suivront.
 

Quelques données complémentaires
Ventilation des perspectives de transformation 2019 dans l’AMITOM
 

Ventilation des perspectives de transformation mondiales 2019
 

Les résultats définitifs globaux de 2018 s’élèvent à 34,83 millions de tonnes métriques.
 

Pour mémoire, les perspectives de production, transformation et consommation à l’horizon 2030 publiées en début d’année par la Commission Européenne.
 

Source : AMITOM, WPTC
Sociétés liées

AMITOM

Professional or non-profit organisation , Research organisation See details

WPTC

Professional or non-profit organisation , Research organisation See details
Actualités liées

2019 California Processing Tomato Report

See details

Processed tomato: EU expects a slight increase in quantities

See details

AMITOM: early production prospects for 2019

See details
Back

________________________________________

Editor : TOMATO NEWS SAS - 2 avenue du Blanchissage 84000 AVIGNON - FRANCE

contact@tomatonews.com / tomatonews.com

 

 

Supporting partners
Featured company
FBR-ELPO S.p.A
Most popular news
Featured event
The Tomato News Conference
Our supporting partners