Respect for your privacy is our priority

The cookie is a small information file stored in your browser each time you visit our web page.

Cookies are useful because they record the history of your activity on our web page. Thus, when you return to the page, it identifies you and configures its content based on your browsing habits, your identity and your preferences.

You may accept cookies or refuse, block or delete cookies, at your convenience. To do this, you can choose from one of the options available on this window or even and if necessary, by configuring your browser.

If you refuse cookies, we can not guarantee the proper functioning of the various features of our web page.

For more information, please read the COOKIES INFORMATION section on our web page.


News

2020 Webinaire Tomato News : François-Xavier Branthôme

30/12/2020 - François-Xavier Branthôme - Consumption , 2020 TomatoNews Online Conference - Read in English
Echanges Mondiaux et Consommation de dérivés de tomate en 2019/2020
Conférence présentée par François-Xavier Branthôme, Rédacteur en Chef de TomatoNews, lors du Webinaire TomatoNews du 17 Novembre 2020.

"Au-delà d’une campagne compliquée par les contraintes d’un contexte sanitaire difficile, et de résultats industriels souvent tronqués par une saison écourtée et en demi-teinte, 2020 restera pour beaucoup d’entre nous comme l’année où notre quotidien de consommateur aura été marqué par des épisodes répétés de confinement, des queues interminables aux portes des supermarchés, des produits parfois introuvables et des comportements hallucinants, des consommateurs désorientés au milieu de linéaires vides voire même parfois dévastés, des affichages annonçant le rationnement des ventes et des prix qui grimpent…

Ces images sont autant de témoignages d’une altération des habitudes d’achat et de consommation, dont nous ignorons si elle sera perdurera au-delà des contraintes sanitaires et sociales qui ont été à son origine ;


Dans toutes les régions du monde, les industriels en prise avec les secteurs du commerce de détail, de la restauration, des collectivités, et par voie de conséquence de la filière dans sa globalité, ont dû gérer les effets de cette réorientation ; beaucoup ont évoqué une envolée de la demande et un rythme de livraisons véritablement effréné pour les produits destinés à être consommés dans le cadre familial, au point que les entrepôts des usines n’ont bientôt plus abrité que les palettes de produits destinés aux collectivités et au secteur de la restauration, touchés de plein fouet par les mesures de distanciation et de confinement et qui tournaient dans le meilleur des cas au ralenti.

 
 
C’est ce que la NRA (la National Restaurant Association – l’association américaine qui regroupe près de 310 000 restaurants sur le territoire US) a décrit dans un focus publié par Food Institute le 15 Septembre dernier – je cite : "Alors que les restaurants continuent de ressentir les effets de la pandémie, les commerces de détails en tirent les bénéfices"...
 
Vu du côté de nos entreprises de transformation, l’inflation brutale de la demande s’est traduite par une augmentation soudaine des quantités livrées, notamment aux mois de mars et avril 2020 ; les achats de concentrés en particulier ont augmenté de 57 000 tonnes (soit 22%) par rapport à la même période de l’année précédente et de plus de 66 000 tonnes (26%) par rapport à la moyenne des trois exercices précédents. Des dynamiques similaires mais moins prononcées ont été enregistrées sur les échanges mondiaux de conserves et de sauces. 

On pourrait penser que le regain d’activité mondiale observé en 2019/2020 s’est appuyé uniquement sur l’événement majeur de l’année, à savoir la crise causée par la pandémie CoVid-19. Cela n’est que partiellement vrai, comme le montraient déjà les observations que nous aurions commentées en mars dernier en Argentine à San Juan si nous avions pu nous y réunir. 
Ces chiffres encourageants de 2018/2019 ont d’ailleurs été présentés sur le site de Tomato News dans nos dossiers en avril dernier. 
 
En effet, le dernier exercice commercial clos en juin 2020 a confirmé une certaine reprise du rythme de croissance des exportations mondiales ; le développement a été grossièrement 4 à 5 fois plus lent au cours des dix derniers exercices (entre 2010 et 2020) qu’il ne l’était durant la décennie précédente (de 2000 à 2010), mais la dynamique des exportations de notre secteur a enregistré un redressement assez net au cours des trois dernières années ; dans le détail, c’est sur le secteur des sauces que les quantités exportées ont progressé le plus vite (compound annual growth rate proche de 3,5% par an), alors que le développement des exportations du secteur des purées concentrées reste plutôt lent (environ 2% par an) ; entre les deux, les exportations de conserves poursuivent leur progression à un rythme quasiment inchangé depuis vingt ans, de l’ordre de 3% par an.
 
De fait, en tenant compte des données connues de production et de stocks, nous pouvons affirmer que la consommation globale de dérivés de tomate a, dans son ensemble, sensiblement augmenté au cours du dernier exercice, même si les variations réelles d’une année sur l’autre sont très probablement moins prononcées que ne le montrent les résultats de la dernière étude réalisée pour le WPTC : en définitive, les quantités consommées se sont vraisemblablement approché de 39 millions de tonnes « équivalent tomate fraîche » en 2019/2020, soit une augmentation de 10% au total ; le chiffre est impressionnant mais une partie seulement de la hausse est la conséquence du boom provoqué par la crise CoVid (et donc potentiellement temporaire), le reste étant porté par un accroissement de la demande.
L’existence d’une croissance de fond est une bonne nouvelle ; nous devons pourtant rester prudents : compte tenu des circonstances très exceptionnelles de l’exercice 2019/2020, ce que nous avons vécu l’an dernier ne se reproduira peut-être pas cette année, et même si le durcissement actuel des mesures anti-CoVid est de nature à favoriser la consommation « à domicile » de nos produits, on ne peut pas affirmer aujourd’hui que ces dynamiques se maintiendront pour l’exercice en cours 2020/2021 ou au-delà.

 
Quoi qu’il en soit, l’exercice 2019/2020 n’a pas apporté de changement majeur dans la hiérarchie des pôles de consommation : l’Amérique du Nord et l’UE Occidentale se positionnent toujours comme les plus grandes régions de consommation de dérivés de tomate, et les régions émergentes comme le Moyen-Orient et l’Eurasie occupent une place de plus en plus large dans le paysage mondial. A l’opposé, l’Afrique méridionale et Orientale, les pays d’Europe non communautaire, la péninsule indienne, ne représentent qu’une toute petite partie de la consommation mondiale totale (moins de 4% au total). 
 
Pour ces marchés jeunes ou émergents, qui affichent les consommations per capita les plus faibles au monde, de l’ordre de quelques centaines de grammes à moins de 2 kg par habitant et par an, il est clair que la réserve de croissance est plus importante que dans les marchés matures comme l’Amérique du Nord, l’Australie-Nlle Zélande et quelques autres, où les niveaux atteignent ou dépassent l’équivalent de 20 kg…

Sur ces régions à croissance soutenue, en Chine, en Afrique Orientale et Méridionale, en Amérique Centrale, au Moyen-Orient ou dans l’UE Occidentale, l’augmentation de la consommation est avant tout portée par un intérêt individuel grandissant pour les dérivés de tomate ; pour plusieurs autres régions (Extrême-Orient, Eurasie, Péninsule Indienne, Afrique Méditerranéenne), les progressions sont portées par une conjugaison de composantes démographiques ou individuelles moins contrastées. 
Au bilan, la croissance globale de la consommation s’est faite au cours des dix dernières années à un rythme annuel très proche de 2%, portée par une dynamique individuelle « molle » (légèrement supérieure à 1%) et une croissance démographique voisine de 0.9%.

Pour conclure, et avant de répondre à vos éventuelles questions, voici la « photographie » des consommations régionales pour l’exercice 2019/2020.

 
Je vous remercie de votre attention".


Quelques données complémentaires
Programme de la Conférence en ligne

Le profil des estimations de stocks n'est pas sans rappeler les Ecarts Cumulés entre Production et Consommation décrits dans le Cycle de Stilwell.

Aperçu rapide des consommations régionales "per capita"

Source: WPTC, AMITOM, Trade Data Monitor LLC

Les présentations sont disponibles au format pdf en cliquant ici.
Les vidéos de toutes les interventions, pour l'instant accessibles pour les seuls participants du webinaire, seront publiées dans quelques semaines.


Plus d'information dans les documents joints :
FX_Branthome
Évènements liés

The Tomato News Online Conference - 17 November 2020

17/11/2020 to 17/11/2020
The global tomato processing industry in 2020: Production, consumption and ongoing challenges The online webinar took place on Tuesday 17...
See details
Actualités liées

2020 Tomato News Online Conference: Francesco Mutti

See details

2020 Tomato News Online Conference: Martin Stilwell

See details

Worldwide consumption of tomato products, 2018/2019 (part 1)

See details

Components and patterns of worldwide consumption, Introduction

See details
Back

________________________________________

Editor : TOMATO NEWS SAS -  MAISON DE L'AGRICULTURE - TSA 48449 - 84912 AVIGNON Cedex 9 - FRANCE
contact@tomatonews.com
www.tomatonews.com

 

 

Supporting partners
Featured company
NAVATTA GROUP FOOD PROCESSING S.R.L.
Most popular news
Featured event
UCCE Processing Tomato Production Virtual Meeting
Our supporting partners